Sélectionner une page

Face à la guerre en Ukraine, la solidarité et l’éthique des maisons de la mode et du luxe s’expriment

par | Mar 9, 2022 | Non classé

Le 1 mars dernier, le magazine Vogue Ukraine appelait à l’embargo des exportations de produits de mode et de luxe envers la Russie. Un mouvement largement suivi face à l’actualité récente de la guerre en Ukraine. À la suite de l’invasion russe du 24 février dernier, le secteur de la mode et du luxe réagit, s’engage et affiche son soutien au peuple ukrainien en prenant ses distances avec la Russie. ethiwork vous propose un tour d’horizon des actions de solidarité et de l’exercice de l’éthique des Maisons et des groupes. 

 

Alors que les Fashion Weeks sont régulièrement le théâtre de revendications activistes pour une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux, les Fashions Week de Milan et de Paris ont été marquées, cette année, par un engagement unanime et spontané en faveur de l’Ukraine. La maison italienne Giorgio Armani a fait le choix de faire défiler ses mannequins en silence, par respect pour le peuple ukrainien tandis que Demna Gvasalia, Directeur Artistique de Balenciaga, a récité le poème ukrainien « Vive l’Ukraine, pour la beauté, la force, la vérité, la liberté » au début de son défilé aux allures de fin du monde. Du côté du mannequinat, Mica Argañaraz suivi notamment par Gigi Hadid se sont engagées à donner 100% de leurs bénéfices des défilés Fall 22 au peuple ukrainien. Des initiatives remarquables mais qui restent moins radicales que celles du monde du sport où UEFA, FIFA et CIO ont exclu les sportifs russes et de la culture, à l’instar du Festival de Cannes qui a exclu les délégations du pays.

Au-delà de l’action symbolique de l’expression du soutien aux peuples ukrainiens, des mesures économiques et financières engagent aussi le secteur.  Nombre de maisons et groupes ont choisi de prendre leurs distances avec la Russie en fermant temporairement leurs boutiques. Sur le territoire russe, ce sont ainsi  124 boutiques LVMH qui ont été fermées, 17 boutiques Chanel, 3 boutiques Hermès. Une aide financière a aussi été apportée par les maisons et groupes de mode et de luxe. Kering a annoncé faire un don significatif à l’UNHCR (soit l’agence des réfugié·e·s des Nations Unies), LVMH a fait un premier don d’urgence de 5 millions d’euro à la Croix Rouge et Chanel apporte un soutien de 2 millions d’euro répartis entre l’ONG Care l’UNHCR, etc. Des aides précieuses du secteur de la mode et du luxe qui doivent cependant être mesurées au regard chiffres des d’affaires et profits records du secteur : Hermès a augmenté ses dividendes de 56% alors que LVMH enregistre une croissance de 49% de son résultat depuis l’ère pré-covid, et Kering affiche une marge de près de 30% sur l’année. 

Le secteur de la joaillerie n’échappe pas à cet élan, Messika a par exemple fait une donation à la fondation de France alors que d’autres marques telles que Misho ont créé une collection produit partage avec un reversement de 100% des bénéfices. Les sanctions radicales américaines à l’encontre de la Russie pourraient bousculer à plus long terme le secteur de la joaillerie. En effet, les diamants d’Alrosa, diamantaire russe, représentant près de 30 % de toutes les pierres brutes vendues dans le monde pourraient faire l’objet d’un boycott. Alrosa a extrait plus de 32 millions de carats en 2021 et réalisé un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards de dollars.

Ces engagements pris par les groupes, maisons et marques en réaction à l’actualité diplomatique sont louables mais elles soulèvent des questions centrales pour le secteur de la mode et du luxe. Au-delà des réactions spontanées et contextuelles, le luxe et la mode doivent investir pour plus d’éthique de transparence et de traçabilité dans leur chaîne de sous-traitance et pour une réduction de leurs impacts négatifs. C’est un engagement pour une transformation systémique et profonde dont le secteur a besoin et une réflexion profonde sur leur raison d’être. En attendant, célébrons cette solidarité et œuvrons pour qu’elle dure dans le temps et que sa contribution soit significative.